Les Tréteaux de Chalamala

Ghostwriter

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

de Michel Viala

Mise en scène : Josiane Oberson
Décors : Xavier Gremaud, Martin Magnin, Maurice Ruffieux,
Maquillage : Sandra Farinella

Distribution :
Le conseiller Jean-Paul Oberson
Le Nègre Cédric Castella

«Ghostwriter» (l’écrivain-fantôme, ou pour employer le terme habituel, le nègre) paraît être un dialogue entre un biographié et son biographe. C’est en réalité le prétexte pour Viala de montrer, d’une part, la vanité des élus chargés de la Culture et leur inconstance dans le suivi de la création contemporaine et, d’autre part, comment la recherche désespérée de l’inspiration dans l’alcool guette l’auteur confronté à la difficulté d’écrire.

Cette pièce inédite allie le désir de gloire à celui de la possession des corps, l’impuissance à jouir à l’incapacité d’écrire.

Michel Viala, né en 1933, est décédé le 22 août 2013, quelques jours avant que nous puissions lui dire que nous nous mettions au travail. Il nous avait fait l’honneur de sa visite lorsque les Tréteaux avaient joué «J’veux du bonheur», en 2005.

affiche-ghostwriter-pt