Les Tréteaux de Chalamala

Discours 2006

Saint Nicolas 2006 – Discours du dimanche 3 décembre 2006

Bulloises, Bullois,
Gruériennes, Gruériens et Amis de partout,
Chers «Toutes», chers «Tous», chers enfants surtout,

Avec le retour de décembre et pour la 61ème année consécutive, Saint Nicolas apparaît avec sa cohorte céleste dans cette bonne Ville de Bulle, grâce à la complicité des Tréteaux de Chalamala.

Vous aurez sans doute remarqué que cette année, ma venue était signalée dans le magnifique giratoire de l’Europe décoré par notre ami Roger, qui, à sa manière, fête la venue de l’évêque de Myre. Je suis venu pour vous donner des conseils d’usage, vous dispensez mes largesses tout au long de mes visites et surtout pour évoquer les évènements parfois tristes, parfois joyeux de ce pays.

Il y a tout d’abord cette belle histoire : les 30 ans d’amour entre la Corrida bulloise et Jean-Pierre Cuennet. Ce n’est donc que justice que le Bullois a reçu le prix du mérite pour ces trois décennies passées au service du sport, à veiller sur son 5ème enfant.

Et puis dans le registre des anniversaires, citons celui de la Ronflante, Guggenmusik qui a fêté ses 30 ans. Une mention toute spéciale pour cette belle longévité. Mais Saint Nicolas ne veut surtout pas manquer de mentionner celui du journal « La Gruyère » : une palpitante histoire, qui dure depuis 125 ans, 125 ans d’histoire des hommes et des femmes qui se sont engagés pour son existence.

Il n’en est pas de même pour le chocolat. Jean Nouvel modifie l’image de Cailler. Une idée de Nelly Wenger, la cheffe de Nestlé Suisse, qui voulait redynamiser différentes marques. Un exemple d’innovation ? Le relooking de Cailler n’a pas porté les fruits escomptés. C’est cuit pour Nelly Wenger qui s’est engagée sur une voie périlleuse et qui est tombée les pieds dans le chocolat. Quelle folle histoire !

La vache folle aussi, c’était fou, peut-être pas autant que la grippe aviaire, qui a fait irruption en Suisse. La population n’avait aucune raison de céder à la panique malgré un premier cas diagnostiqué sur un canard sauvage. Azalée la vache, Isidor le mouton, Jeannot le lapin, Donald le canard ont aussi leur virus. Au grand dam de l’oncle Picsou, l’industrie pharmaceutique fait son blé avec la recette miracle : la vaccination !

Vacciné aussi, Joseph Deiss tourne la page fédérale. Après des victoires et des déboires, le ministre de l’économie a décidé de se retirer. Joseph Deiss s’est retrouvé au cœur d’une bataille exacerbée et, minoritaire, il a été condamné à avaler quelques couleuvres. Il a donc décidé son retour à Barberèche -auprès de sa Babette- à la grande surprise de tout le monde, y compris le PDC. En lançant, « Place aux jeunes ! », il a fait un pied de nez à ses bourreaux et a ouvert une autoroute à Doris Leuthard, nouvelle icône du PDC.

En parlant d’icône, Saint Nicolas ne saurait oublier d’évoquer celle des Tréteaux de Chalamala et de la Société de développement de Bulle et environs. Je veux parler de l’illustre Fernand Dey. A 83 ans, il a consacré plus de 60 ans au service du théâtre amateur : il a débuté le théâtre chez les scouts. A 23 ans, il entre aux Tréteaux de Chalamala. En 1953, il est Saint Pierre dans « Les Gueux au Paradis » et en 1960, il est un aveugle plus vrai que nature dans… « Les Aveugles ». Et puis encore, 40 ans durant, il a partagé toutes ses qualités de metteur en scène. A son actif, ce sont 32 pièces de théâtre jouées par la troupe des adultes des Tréteaux. Mais Fernand Dey, c’est aussi l’homme qui a fondé la Société de développement de Bulle et environs, c’est 50 ans d’engagement durant lequel il a initié et porté les marchés folkloriques et de Noël à Bulle. Tout ce travail bénévole accompli dans l’ombre mérite bien une mention particulière de Saint Nicolas.

Justement, à propos de la Société de développement de Bulle, Saint Nicolas salue l’arrivée aux commandes de Michel Maillard, – Mike – un de ces vieux amis. Félicitations pour les quelques nouveautés qui dynamisent les marchés folkloriques et de Noël et celles qui vont encore voir le jour après le déroulement des travaux dans la Grand-Rue et sur la place du marché.

Ah ! Ces travaux du centre-ville. Les autorités ont annoncé un lifting tout en faisant une croix sur les pavés. Pour économiser 1 million, on abandonne le clin d’œil au passé sur l’autel des sacrifices, alors que ce million aurait pu être trouvé en arrêtant de rendre courbes les rues droites et bomber celles qui sont planes comme je vous le disais déjà l’an passé. Saint Nicolas prie vos autorités de remettre l’ouvrage sur le métier.

Au service du Musée Gruérien depuis près de 30 ans en qualité de conservateur, Denis Buchs est parti à la retraite le 30 août dernier. Pour lui succéder, le Conseil communal a fait appel à Isabelle Raboux-Schüle. Gageons qu’elle saura poursuivre sur les traces de ses prédécesseurs à la tête de l’institution bulloise.

Elections cantonales : bien que résolument apolitique, Saint Nicolas observe toujours d’un œil amusé le bal des chaises musicales ; Jean qui pleure et Jean qui rit. A notre Préfet Maurice…Ropraz, les électeurs lui ont déroulé le tapis rouge. Pour le Conseil d’Etat, c’était le retour du grand bal électoral, l’alliance à la manœuvre. Bienvenue donc au plus hauts commis du Canton réélus ou élus. Particulièrement à Anne-Claude… « Royale »… et gruérienne pur sucre qui occupe un siège. Le visage du Gouvernement élu ressemble au précédent ; c’est le renouveau dans la continuité.

Et bien, continuer, c’est ce que nous allons faire, nous, la Compagnie de Saint Nicolas. Mais, dans l’immédiat, j’aurai le plaisir de vous retrouver le soir du 10 décembre prochain à l’Hôtel de Ville, où vous pourrez participer au loto et assister à une saynète originale intitulée «La bague perdue de Saint Nicolas», signée Nicolas Gremaud et mise en scène par Théo Savary.. Par la magie de la transformation de 3 anges déguisés en enfants terriens et avec l’aide de Saint Antoine, la bague sera retrouvée à Notre-Dame de Compassion !

C’est avec un plaisir toujours renouvelé que Saint Nicolas vient en Gruyère, à Bulle, pour vous rencontrer et vous distribuer ces fameux biscômes au miel du Paradis.

Merci de votre fidélité. Merci encore de votre chaleureux accueil. Saint Nicolas vous serre contre son vieux cœur et vous dit à bientôt ! Un bon décembre, de bonnes fêtes, et à l’année prochaine.

Saint Nicolas vous bénit !

Saint Nicolas, Evêque de Myre

Par procuration : Jean-Bernard Tissot
Bulle, le 3 décembre 2006 / JBT