Les Tréteaux de Chalamala

Discours 2008

Saint Nicolas 2008 – Discours du dimanche 7 décembre 2008

Bulloises, Bullois,
Gruériennes, Gruériens et Amis de partout,
Chers «Toutes», chers «Tous», chers enfants surtout,

Avec le retour de décembre et pour la 64ème année consécutive, Saint Nicolas apparaît avec sa cohorte céleste dans cette bonne Ville de Bulle, grâce à la complicité des Tréteaux de Chalamala. Saint Nicolas adresse un tout grand merci à Josiane Oberson qui a organisé pour la vingtième année notre périple terrestre. Vous aurez sans doute remarqué que, cette année, ma venue n’était pas signalée comme à l’accoutumée sur l’un des nombreux giratoires bullois. Saint Nicolas espère qu’il s’agit là d’un oubli malencontreux. Je ne me suis pas senti menacé comme à Fribourg ; je me sens à l’aise parmi vous.

Je suis venu pour vous donner des conseils d’usage, vous dispensez mes largesses tout au long de mes visites et surtout pour évoquer les évènements parfois tristes, parfois joyeux de ce pays.

Saint Nicolas, comme tous les habitants, « adore » et applaudit cette belle réalisation de la Grand-Rue, reconstituée tel qu’elle l’était au début du XXème siècle. Avec la priorité de droite de retour au centre, il y a quelques pièges à déjouer : piétons, levez le nez, automobilistes, levez le pied ! La qualité de vie au centre en sortira gagnante ! Et justement, à ce propos : un grand coup de mitre à cette entreprise fribourgeoise qui se distingue dans le développement d’une voiture électrique à Bulle : la Redigo, qui rend les constructeurs automobiles dingo, a été dévoilée au salon de l’automobile mondial, à Paris, cet automne. Ah ! la voiture écologique en fait rêver plus d’un et l’industrie pétrolière s’affole ; preuve en est, le prix du baril joue au yoyo.

Crash pétrolier, crash économique, crash politique et crash alimentaire, Saint Nicolas se demande ce que cette bonne planète Terre va bien pouvoir « cracher » à l’avenir.

Heureusement que la « Bulle » immobilière est inexistante ici ! Car les « subprime » donnent le tournis aux plus grandes banques et les fameux actifs toxiques en ont noyé plus d’une ! Fini le crédit à tout va, le système financier doit se remettre en question ! Nos amis les politiciens ne devraient-ils pas en faire de même ? Avec le plan de sauvetage de l’UBS, l’exécutif national et la BNS narguent le contribuable.

Bien que résolument apolitique, Saint Nicolas observe du haut de sa lucarne paradisiaque le bal des chaises musicales d’un œil amusé. Il y a moins d’une année, Christoph Blocher était à terre. Les blochériens ont accusé le coup et organisé la riposte ; les armes de l’opposition de l’UDC ont eut raison de Samuel Schmid. Gare au réveil revanchard ! Humilié, mais pas vaincu, têtu comme l’âne de Saint Nicolas et fier comme le bouc Zottel, porte-bonheur de l’UDC, Christophe Blocher tente le retour impossible. Le mur d’Ueli Maurer sera probablement infranchissable et il n’y aura pas de nouveau miracle de Saint Nicolas !

L’espoir fait vivre et le rêve américain se réalise : avec le départ du va-t-en-guerre George W. Bush et l’arrivée triomphale de Barack Obama, l’Amérique fait souffler un vent d’espoir sur le monde entier. Il a tout pour devenir un grand président.

Cet espoir ne peut pas nous faire oublier la « faim au village planétaire ». Saint Nicolas constate avec consternation que 850 millions de terriens souffrent de la faim. C’est un scandale permanent ! La hausse massive du prix du blé, du riz et du maïs gonfle le porte-monnaie des spéculateurs. Le développement des biocarburants absorbe des millions de tonnes de nourriture ; pendant ce temps, nous faisons le plein de nos voitures à l’éthanol… (soupir) quel gâchis !

Chez vous, la saucisse nationale est dans tous ses états : tout le monde se mobilise pour sauver la peau du cervelas. Saint Nicolas s’étonne du tapage qui a entouré le cervelas, qui est certes une saucisse fort sympathique, mais il ne faut pas exagérer : la vie sans cervelas est possible ! Mais au final, plus de peur que de mal, le cervelas a été sauvé !

Il y en a eu, des malheureux, lors de l’euro 2008 ! La Nati sort par la petite porte, mais la vague orange qui déferle en Suisse éclipse la misérable défaite. Que du bonheur pour les torreros espagnols qui ont pu fêter dignement la victoire finale de leur équipe nationale ! Mais les sportifs suisses ne sont pas en reste lors des très contestés JO de Pékin. Cancellara, Thürig et Aschwanden entrent dans l’histoire du sport suisse en offrant à leur délégation trois médailles en un jour. Quant à la Bulloise Christina Liebherr, elle a vécu une expérience enrichissante malgré tout et n’est pas rentrée les mains vides.

Il est temps d’adresser des gerbes de félicitations à différentes institutions et personnes en particulier. Au fondateur et patron de la Corrida bulloise, Jean-Pierre Cuennet, qui a vécu sa 33ème et dernière course en tant que responsable de l’organisation ; Saint Nicolas salue son successeur William Buillard. A Espace Gruyère, qui a soufflé ses 10 bougies, de même que la brocante de la Gruyère. Aux organisateurs des Francomanias, qui transforment tous les deux ans l’Hôtel de ville en Olympia de Bulle ! Au doyen des Romands, Pierre Gremion, qui a soufflé ses 106 bougies ! A Bernard Maillard, qui a donné son dernier concert annuel de l’Ensemble instrumental du CO de la Gruyère, qu’il a dirigé de sa baguette compétente et novatrice durant 26 ans ! A Pierre Cottier, qui a pris une retraite bien méritée, après un peu plus de 6 ans à la tête du CO ! Bienvenue à son successeur, Olivier Grangier ! Et enfin à Raymond Gremaud, vieil ami de Saint Nicolas, qui a revêtu les attributs du thaumaturge avec honneur et qui prend sa retraite après 35 années égrainée à la Berne fédérale comme chroniqueur parlementaire. Des vœux aussi à l’Association gruérienne pour le costume et les coutumes, l’AGCC, que Raymond préside depuis 1986 et qui fête cette année son 80ème anniversaire, qui sera marqué en automne 2009 par la création d’un grand spectacle, « Luce de Gruyère ».

Saint Nicolas ne voudrait pas manquer de féliciter encore les metteurs en scène Théo Savary et Josiane Oberson, qui ont successivement monté de manière brillante les spectacles « Le grand feu d’artifice » de Karl Valentin et « Coquin de sort » de André Robin-Ligot. Les Tréteaux de Chalamala ont, une nouvelle fois, contribué à l’enrichissement culturel de la région !

C’est sur cette note positive que Saint Nicolas et sa cohorte céleste vont prendre congé de vous sur le carillon de ce cher Francky, vieil ami de Saint Nicolas. Mais, dans l’immédiat, j’aurai le plaisir de vous retrouver ce soir, à l’Hôtel de Ville, où vous pourrez participer au loto et assister à une saynète originale intitulée «L’académie des anges», signée Jacques Tissot, harmonisée par André Bochud et mise en scène par Josiane Oberson. C’est avec un plaisir toujours renouvelé que Saint Nicolas vient en Gruyère, à Bulle, pour vous rencontrer et vous distribuer ces fameux biscômes au miel du Paradis.

Merci de votre fidélité. Merci encore de votre chaleureux accueil. Saint Nicolas vous serre contre son vieux cœur et vous dit à bientôt ! Un bon décembre, de bonnes fêtes, et à l’année prochaine.

Saint Nicolas vous bénit !
Saint Nicolas, Evêque de Myre

Par procuration : Jean-Bernard Tissot
Bulle, le 7 décembre 2008 / JBT